Les Bonaparte ...

NAPOLEON ET LES CAMPAGNES D'ITALIE...

On l'aime ou on ne l'aime pas notre Napoléon. Homme d'exception pour certains, tyrans pour d'autres. Quoi qu'il en soit, il fait partie de notre histoire commune, et je me devais d'en parler un minimum.

En France beaucoup ignorent qu’un poème célèbre a été consacré à Napoléon par un des plus grands écrivains italiens du XIXe siècle, Alessandro Manzoni.

En pratique l’Italie connut un début d’unification à l’époque de Napoléon et aussi curieux que cela puisse être, grâce à lui finalement.

En servant côte à côte dans l’armée napoléonienne, Napolitains, Romains et Piémontais se découvrirent une patrie commune. D’où le sentiment national qui se développa après 1815.

Lorsque Napoléon III envoya les troupes françaises combattre pour l’unité italienne, il prolongeait dans un autre contexte l’action de son prédécesseur.

La première campagne d'Italie...

...est une campagne militaire menée par le général français Napoléon Bonaparte en Italie du Nord et sur le territoire autrichien du 24 mars 1796 au 7 avril 1797.

Pendant un an, la première campagne d'Italie oppose principalement l'armée d'Italie de la République française aux forces de l'Empire d'Autriche et du Royaume de Sardaigne. Avec la guerre du Roussillon, le siège de Toulon et les actions en Corse, elle fait partie du théâtre méridional de la guerre de la Première Coalition.La première campagne d'Italie entraîne la conclusion de ce conflit engagé en 1792, donnant une importance majeure au front italien jusqu'alors secondaire. Commencée avec le mouvement français sur Voltri le 24 mars 1796, elle amène l'armée d'Italie de Nice dans les Alpes-Maritimes à Leoben dans l'archiduché d'Autriche à 120 kilomètres de Vienne, où les Autrichiens signent un armistice le 7 avril 1797.

La République force successivement à se retirer de la coalition chacun des belligérants, d'abord les Sardes (armistice de Cherasco, 28 avril 1796) puis les Autrichiens (traité de Leoben, 17 avril 1797), laissant seule l'Angleterre qui n'avait pas participé activement à la campagne. Le 18 octobre 1797, le traité de Campo-Formio signé par le général Bonaparte consacre la paix entre la France et l'Autriche et dissout la Première Coalition (Autriche, Espagne , États pontificaux, Naples, les duchés de Parme et Modène, la Toscane et le Portugal  Grande-Bretagne).

La première campagne d'Italie bouleverse durablement l'ordre géopolitique de la péninsule italienne. Elle y implante pour près de deux décennies l'influence française, qui y prospérera à des degrés variables jusqu'en 1815.

Chemin faisant, l'armée d'Italie met au pas la totalité des États italiens, dans l'ensemble massivement hostiles à la Révolution, de la guerre ouverte déclarée par le royaume de Sardaigne à la neutralité ambigüe dont fait montre la Toscane. Les États pontificaux signent le 19 février 1797 la paix de Tolentino, qui cède définitivement à la France Avignon et le Comtat Venaissin. Deux nouvelles entités politiques apparaissent, la République cispadane et la République transpadane, qui fusionneront en République cisalpine devenue République d'Italie en 1802 et Royaume d'Italie en 1805 pour former le socle de l'influence républicaine puis impériale dans la péninsule. Enfin, la millénaire République de Venise disparaît à l'issue des opérations, annexée à l'Empire d'Autriche.

La seconde campagne d'Italie

La deuxième campagne d'Italie qui commence en 1799 (an VII) est un nouvel épisode dans la guerre qui oppose la jeune République française à la Deuxième Coalition qui se différencie de la première par la participation des troupes russes au conflit.

Elle a auguré de nombreuses choses :

- Elle a permis le coup d'État de Napoléon Bonaparte, et a consacré beaucoup de ses futurs généraux et maréchaux d'Empire.

- Elle a aussi permis à Napoléon d'asseoir la crainte qu'en avaient ses adversaires des différentes coalitions, qui ne cesseront de s'opposer à lui.

 

Cette campagne, très médiatisée a posteriori fera alors la légende du Napoléon Bonaparte Consul, libérateur des peuples, promulgateur des idées de la révolution française, créateur de républiques. C'est cette légende, qui contribuera au fort engagement romantique derrière Bonaparte. Et le bonheur de ses adversaires et critiques comme Talleyrand.

 

Le passage difficile des Alpes, Bonaparte au cœur de ses troupes, lui donnent une réputation de général exigeant, mais proche de ses fidèles.

Certains font aussi de cette campagne le début du déclin de l'Autriche impériale des Habsbourg, et le début de l'unification de l'Italie, sous la forme d'une république.

En 1795 (an III), le Directoire décida que les armées des généraux Jourdan et Moreau iraient combattre les Autrichiens sur le Main et le Danube, tandis que Napoléon Bonaparte, nommé général en chef de l’armée d’Italie le 2 mars 1796 (12 ventôse an IV), attaquerait les Austro-Sardes dans la vallée du Pô. L'armée d'Italie ne devait, en fait, servir que de diversion pour que l'Autriche se mobilise en Italie. Cette armée devant être faite pour une offensive factice, elle fut mal équipée et mal nourrie, et ne devait recevoir aucun renfort.

L'armée d’Italie, dirigée par le général Bonaparte, vainc successivement sept armées sardes et autrichiennes. De 1796 à 1797, elle conquiert l’Italie et l’Empire d’Autriche doit abandonner non seulement l’Italie, mais aussi la rive gauche du Rhin, où les Autrichiens sont pourtant victorieux. Les victoires de Bonaparte poussent le Royaume de Sardaigne, puis l’Autriche à se retirer de la Première Coalition, qui est ainsi dissoute.

On l'appelle première campagne d'Italie pour la distinguer de la deuxième campagne d'Italie, menée deux ans plus tard également par Napoléon Bonaparte devenu Premier Consul.

Le Royaume d'Italie

Ou un royaume autonome sous tutelle française.

Napoléon Bonaparte qui s'est fait proclamer empereur des Français par le sénat et couronné par Pie VII, transforme la République italienne en royaume d'Italie, se nommant roi d'Italie le 17 mars 1805.

Le couronnement a lieu le 26 mai 1805 dans le « Duomo » de Milan.

Eugène de Beauharnais, fils du premier mariage de la femme de Napoléon, Joséphine de Beauharnais, à qui Napoléon se fie aveuglément et dont il est sûr de ne pas avoir à craindre les ambitions politiques, est nommé vice-roi d'Italie le 7 juillet 1805.

Au sud, les pays de Massa, Carrare et la Garfagnana sont cédés à la Principauté de Lucques et Piombino : celle-ci est attribuée au prince Félix Baciocchi, beau-frère de l'empereur par son mariage avec Élisa Bonaparte. Cette cession est reconnue par le sénat de Lucques le 4 juin 1805.

Le royaume d'Italie, à sa plus grande extension, est divisé en vingt-quatre départements. Il fournit des contingents à la Grande Armée napoléonienne, notamment pendant la campagne de Russie (1812) où les troupes italiennes, commandées par Eugène de Beauharnais, forment la plus grande partie du 4e Corps.

giovanni brusca.jpg

© 2018 by Passione-Italiana

Instrumental Terra Incognita - Zucchero
00:00 / 00:00
  • Facebook