L'Histoire

De l'aube au crépuscule...

Venise, c'est une des villes marchandes du monde qui est la plus fantastique à l'époque médiévale et même par la suite.

Souvent on situe entre le XIVe/XVe siècle la période de son apogée.

On appelle cela une thalassocratie*, et ce n'est pas pour rien, ils ont vraiment tourné sur la mer, mais c'est évident quand on connaît Venise.

En réalité, la méditerranée a réellement dû compter avec la ville de Venise bien avant, et jusqu'à l'approche de la chute que l'on peut situer vers le XVIIIe siècle.

Six siècles d'une domination "extraordinaire", (dans le sens véritablement éthymologique du terme, car on est au delà de l'ordinaire vraiment), une domination sur l'Adriatique, la mer Ionienne, les Balkans, le Levant, la Mer Noire (aujourd'hui), la mer Méditerranée occidentale, une bonne partie des grandes îles que sont Chypre, la Crête, et évidemment l'Europe Alpine et la péninsule italienne en totalité.

*Thalassocratie : puissance politique fondée principalement sur la domination de la mer.

ducat.jpg
veniseancienne2.jpg
veniseancienne'.jpg
Son Histoire

L’histoire de Venise commence entre le Ve et le VIIe siècle, siècles qui virent s’intensifier les invasions barbares des tribus germaniques Lombardes dans toute l’Europe,  poussant les habitants de nombreuses villes de la région de la Vénétie, qui faisait partie de l’Empire Romain sous le nom  de X Regio, à se réfugier sur les îles de la lagune, qui constituent Venise de nos jours.

Sur ces îles vivaient des populations de pêcheurs, de fermiers et de sauniers.

Les caractéristiques géographiques et la pauvreté de ces îles en faisaient un lieu isolé, parfait pour les réfugiés, qui s’organisèrent et constituèrent des gouvernements locaux nommés “Tribunos Marítimos”.

Avec la population croissante de Venise et le besoin de mieux se protéger contre les Lombards qui dominaient dans l’arrière pays, apparut la figure du Doge, chef suprême qui se substitua aux « Tribunos ».

Au cours de la période suivante, les voies fluviales furent transformées en petites ruelles et on vit apparaître les premiers édifices de Venise, les palafitos (habitations soutenues par des piliers) faits de bois d’Alerce.

Au cours des IXe et XIe siècles, Venise, importante enclave commerciale, connut une période de prospérité et devint la capitale commerciale de la mer Adriatique. Elle devint une ville de grande importance,  non seulement d’un point de vue commercial, mais aussi militaire et politique.

La confédération de la Lagune de Venise faisait partie de l’Empire byzantin, et avait son siège administratif à Ravenne. Constantinople accorda  d’importants privilèges à Venise du fait de sa position stratégique pour le commerce entre l’Orient et l’Occident. L’influence de Byzance se vit fortement diminuée par la signature du traité d’Aix-la-Chapelle, entre Charlemagne et l’Empereur Byzantin, comme en témoigne par exemple le fait qu’en 828 les Vénitiens dérobèrent la dépouille de Saint Marc à Alexandrie, le nommant saint patron de la ville à la place de San Teodoro, ancien patron de la ville.

En l’an 1000, la position dominante de Venise en mer Adriatique se vit encore renforcée grâce à  la conquête de la ville de Dalmatie.

Ensuite, pendant le Haut Moyen-Age, sa puissance commerciale augmenta considérablement en Mer Noire et en Syrie, et elle étendit son contrôle sur les routes commerciales en Orient, en particulier pendant les Croisades ; Venise devint ainsi une ville maritime par excellence.

A partir de 1100, Venise était devenue une grande puissance en mer Méditerranée, et elle offrit les services de sa flotte à l’Empire byzantin.

Venise se sépara finalement du décadent Empire byzantin en 1203 lors de la 4e Croisade, quand les soldats vénitiens attaquèrent et conquirent Constantinople. Les soldats rapportèrent d’Orient de riches butins, que l’on peut toujours admirer dans l’église Saint Marc - marbres précieux et sculptures entre autres….

Après la conquête de Constantinople, Venise réussit à étendre sa  suprématie, créant ainsi un vaste empire colonial.

En 1410, Venise était le grand pouvoir militaire, commercial et politique  de la Vénétie, grâce à sa puissante flotte  qui lui permettait d’exercer une activité commerciale sur l’ensemble de la mer Méditerranée et elle put ainsi étendre son réseau de contacts commerciaux à travers toute l’Europe et le Moyen Orient, de l’Angleterre à l’Egypte ;  grâce aussi au nombre élevé d’habitants que la ville comptait à cette époque, que l’on estime à environ 100.000 habitants.

Son gouvernement et son administration fonctionnaient selon des principes de justice interne et externe. Son symbole, l’épée et la balance, est toujours représenté sur la façade du Palais des Doges.

Le gouvernement de Venise était connu sous le nom de  “Serenísima Signoria”, la Sérénissime, et se composait du Doge, dont le rôle était de garantir  le respect des lois et la bonne organisation du gouvernement ; le Grand Conseil, constitué de 2000 membres dont la tâche principale était l’élaboration des lois ; le Sénat qui se chargeait de la politique extérieure et des affaires économiques et  militaires ; “L' Avogadoria de Comùn”, qui se chargeait de défendre les intérêts des familles patriciennes de Venise et de garantir le respect des lois ; et le tribunal de la Quarantia, la Cour Suprême.

naissance2.jpg
naissance1.jpg
naissance3.jpg
naissance4.jpg
naissance6.jpg

Venise parvint au zénith de sa splendeur au XVe siècle, époque à laquelle furent construits églises et palais, en particulier de style gothique. Elle acquit une renommée internationale grâce à sa production de tissus en soie venant d’Asie, ainsi que pour sa dentelle, ses joyaux et vêtements admirés par les familles des maisons royales d’Europe.

A cette époque, Venise connut aussi son apogée dans le domaine des arts:  sculpture,  peinture,  oeuvres théâtrales,  poésie,  musique, et autres formes artistiques qui donnèrent à Venise la beauté éternelle dont elle jouit aujourd’hui.

Les objets en verre produits sur la célèbre île de Murano constituaient une part importante de ses exportations, et continuent de l’être.

À cause de son rayonnement et de sa prospérité économique, Venise devint un objectif militaire convoité par divers pays dont la France, l’Espagne et  la Turquie, qui conquit  Constantinople en 1453.

L’arrivée de Christophe Colomb en Amérique  en 1492 amorça le déclin du monopole commercial  de la République de Venise à cause des nouvelles routes commerciales découvertes  qui se trouvaient sous le contrôle des Portugais, des Hollandais et des Anglais. L’essor commercial de Gênes, et la paix du Cateau-Cambrésis (1559) qui reconnut la suprématie de l’Espagne sur les territoires italiens, contribuèrent aussi au déclin de Venise. Un gouvernement bien trop conservateur contribua ensuite à sa décadence mais Venise réussit malgré tout à maintenir son indépendance jusqu’en 1797 quand Napoléon signa le traité de Capo Formio qui incorpora Venise à l’Empire Austro-Hongrois en échange de Milan.

 

Venise fut finalement incorporé au Royaume d’Italie en 1866 avec la troisième guerre d’Indépendance.

© 2018 by Passione-Italiana

Instrumental Terra Incognita - Zucchero
00:00 / 00:00
  • Facebook