Le Parrain

La trilogie du Parrain, réalisée par Francis Ford Coppola raconte l’histoire de Vito Corleone un immigrant sicilien qui s’est imposé à la tête d’un empire criminel à New York City. L’histoire se concentre aussi sur la vie de Michael Corleone, fils de Vito, qui contre son gré, lui succèdera en tant que nouveau “Don”.

Les stars de la saga, Marlon Brando (Vito) et Al Pacino (Michael) incarnent des gangsters charismatiques et attachants, aussi impitoyables à l’encontre de leurs ennemis que dévoués à leur famille.

Alors que la plupart des films de gangsters de l’époque offrent un regard sur la mafia du côté des forces de l’ordre, “Le Parrain”, lui, la montre vue de l’intérieur. De cette façon “Le Parrain” réinventa le film de gangsters et a influencé de nombreux réalisateurs comme Brian de Palma avec “Scarface” en 1983 ou Martin Scorsese avec “Les Affranchis” en 1990.

Le Parrain est souvent considéré comme l'un des plus grands films du cinéma mondial et un des plus influents, spécialement dans le genre des films de gangsters.

Il est classé à la deuxième place des meilleurs films du cinéma américain par l'American Film Institute (AFI) derrière Citizen Kane.

En 1990, le film est sélectionné par Le National Film Registry pour être conservé à la Bibliothèque du Congrès des États-Unis pour son « importance culturelle, historique ou esthétique ».

Francis Ford Coppola donne deux suites à ce film : Le Parrain 2 en 1974 et Le Parrain 3 en 1990.

Le film remporte trois Oscars : celui du meilleur film, du meilleur acteur (Marlon Brando) et du meilleur scénario adapté pour Puzo et Coppola.

Il reçoit aussi sept nominations dans d'autres catégories incluant Al Pacino, James Caan et Robert Duvall pour l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle et Francis Ford Coppola pour celui de meilleur réalisateur.

La Saga

En 1945, à New York, les Corleone sont une des cinq familles de la mafia. Don Vito Corleone marie sa fille à un bookmaker. Sollozzo, "parrain" de la famille Tattaglia, propose à Don Vito une association dans le trafic de drogue...

Depuis la mort de Don Vito Corleone, son fils Michael règne sur la famille. Amené à négocier avec la mafia juive, il perd le soutien de son lieutenant Frankie Pentageli. Echappant de justesse à un attentat, Michael tente de retrouver le coupable...

Atteignant la soixantaine, Michael Corleone désire à la fois renouer avec les siens et se réhabiliter aux yeux de la société, surtout de l'Eglise. Il arrivera presque a ses fins, mais sa vie passée et ses anciens ennemis le rattraperont plus vite.

Les "anecdotes"...

D’une manière assez drôle “Le Parrain” fut une source d’inspiration pour les gangsters. Après la sortie du premier volet, certains mafiosi commencèrent à apprendre l’italien et à porter des costumes trois-pièces.

 

Ainsi en est-il de Sammy Gravano, un ponte de la famille Gambino dans les années 80 devenu par la suite informateur.

Dans une interview il affirma “J’utilisais des répliques du film dans la vraie vie, du genre “Je vais vous faire une offre que vous ne pourrez pas refuser” “.

À propos d’une scène mythique du premier film où Michael éliminent deux rivaux dans un restaurant il déclara “Vous souvenez-vous comment Michael devint sourd au fur et à mesure qu’il avança vers eux, vous souvenez-vous comment ses yeux devinrent vitreux, et il y avait juste le bruit d’un train en fond sonore, comment il ne pouvait pas les entendre parler ? C’est exactement ce que j’ai ressenti au moment de tuer Joe Colucci”. Joe Colucci fut le premier homme que Gravano a assassiné.

“La personne qui a écrit la scène devait connaître cette sensation, j’avais l’impression que c’était moi qui appuyais sur la détente”.

Si Lenny Montana a séduit Francis Ford Coppola pour le rôle du gangster Luca Brasi, c’est tout simplement parce qu’il incarnait le personnage dans la vraie vie. Ce lutteur professionnel à la carrure imposante servait d’homme de main pour la famille Colombo dans les années 70. C’est d’ailleurs en qualité de garde du corps d’un ponte de la mafia qu’il s’est retrouvé par hasard sur le plateau de tournage du “Parrain” et qu’il fut casté par Coppola.

Bettye McCartt, assistante du producteur Al Ruddy conta une anecdote de tournage à propos de Montana. Bettye cassa sa montre par accident devant Montana. Il s’approcha et lui demanda qu’elle type de montre elle aimerait avoir en remplacement. “Je voudrais une montre antique sertie de diamants mais je vais en acheter une autre à 15$” plaisanta-t-elle. Une semaine plus tard, Montana lui offrit une montre-bracelet sertie de diamants enveloppée dans un mouchoir. “C’est de la part des gars” lui dit-il “mais surtout n’allez pas la porter en Floride”.

James Caan est célèbre pour son incarnation du colérique et violent Santino “Sonny” Corleone, le fils aîné du Don. Dans la vie Caan n’est pas un gangster mais bel et bien l’ami d’un Parrain. En 2011, Caan a proposé d’être le garant de caution d’Andrew “Andy Mush” Russo, un puissant mafioso arrêté par le FBI.

Malgré tous les efforts de James Caan, la mise en liberté provisoire d’Andy Mush fut refusée du fait de sa position présumée de chef de la famille Colombo. D’une manière assez ironique Andy Mush est aussi le Parrain au sens chrétien du terme de l’acteur Scott Caan, le fils de James.

Dans le Parrain, Alex Rocco joue Moe Greene, un gangster de Las Vegas qui a marqué les esprits grâce à quelques répliques bien ficelées comme “J’ai buté mon premier bonhomme à l’âge où tu pissais au lit”. La réalité est proche de la fiction puisque dans sa jeunesse Alex Rocco était un associé du célèbre “Winter Hill Gang”, une organisation criminelle à prédominance irlandaise implantée à Boston.

En 1961, Rocco est d’ailleurs arrêté pour son implication dans le meurtre de Bernard McLaughlin, le leader d’un gang rival. Un témoin raconta aux autorités que le boss du gang de Winter Hill, James “Buddy” McLean tira sur McLaughlin alors que Rocco l’attendait à proximité dans un véhicule. Par faute de preuves les deux hommes ne furent pas poursuivis mais McLean fut assassiné quatre ans plus tard en représailles.

Alors que Rocco était emprisonné pour une bagarre dans un bar, sa femme emprunta la voiture du nouveau leader du gang, Howard T. Winter. Une bombe fit exploser le véhicule, par miracle elle ne fut pas blessée. Par la suite, Rocco et sa femme divorcèrent, il quitta Boston laissant derrière lui son passé de délinquant. À propos de cette époque Rocco se souvint “Je devais quitter Boston, j’ai lancé une pièce en l’air et je me suis dit ‘Pile Miami, Face Californie’. J’avais dans les 25 ans et j’arrivais en Californie sans qualifications, je ne pensais pas du tout au métier d’acteur”.

Sans ses connexions avec le crime organisé, Gianni Russo n’aurait jamais pu espérer obtenir un rôle aussi important que celui de Carlo Rizzi, le gangster marié à la fille du Parrain, Connie Corleone. Pour obtenir un rôle, Russo a tenté de soudoyer un producteur avec l’aide d’une escorte asiatique et a menacé Marlon Brando; sans succès. Il eut finalement sa chance quand les producteurs du “Parrain” se virent refuser l’accès à la propriété de Staten Island qui allait servir de demeure à Don Corleone dans le film. Russo a joué de ses contacts pour que la résidence soit disponible pour le tournage. L’acteur raconta plus tard que Joe Colombo, le boss de la famille Colombo avait insisté pour qu’il soit récompensé de ses efforts.

Gianni Russo a tendance à beaucoup parler sur ses relations avec le crime organisé. Il a affirmé avoir connu personnellement des gangsters célèbres tel que Frank Costello, Carlo Gambino ou John Gotti. Il s’est aussi vanté d’avoir un oncle membre de la famille Gambino et d’avoir couché avec Marilyn Monroe. Il a même raconté avoir tué trois hommes dont un membre du cartel de Medellin… Avec Russo comme dans tout bon polar il est difficile de distinguer la réalité de la fiction.

Vous ne rêvez pas, même une super star comme De Niro (ci-contre, Vito Corleone jeune) a eu son lot de mauvaises fréquentations. L’acteur a travaillé étroitement avec le Capo Anthony “Fat Andy” Ruggiano à l’occasion de sa préparation pour le rôle de Paul Vitti dans Mafia Blues.

Le film avait beau être une comédie, Ruggiano était loin d’être considéré comme un comique. Son propre fils témoigna contre lui à son procès. “Il a rempli beaucoup de missions pour la famille. Il a tué quelqu’un avec un complice prénommé Joe. Il a tué un fleuriste à Brooklyn. Il a tué trois personnes qui avaient dévalisé une partie de craps dans un entrepôt. On a tué quelqu’un ensemble… et il a tué ce mec Danny l’Irlandais derrière le Skyway Motel sur Conduit Boulevard.”

Interrogé sur le sujet, Stan Rosenfield, le chargé de relations publiques de Robert De Niro se contenta de répondre “Bob discute rarement, voire jamais de ses techniques de recherche”.

© 2018 by Passione-Italiana

Instrumental Terra Incognita - Zucchero
00:00 / 00:00
  • Facebook